Version mobile

Si ma charte graphique ne vous plaît pas, essayez avec la version mobile :)

vendredi 21 avril 2017

Un peu de lecture (4)

J'ai failli ne pas faire d'article cette semaine : pour diverses raisons perso, je suis très fatiguée, et en conséquence, pas capable d'avancer du tout sur mon NaNo, qui culmine à 2608 mots sur les 20k prévus... 

Et puis quelqu'un m'a parlé d'un roman, "Sale comme une image"*, ce qui m'a fait penser que je pourrais faire un petit article sur une novella que j'ai lue il y a quelques années et que j'ai beaucoup aimée - malgré la gravité du sujet.**




Première novella d'Isabelle Guso, Présumé coupable est illustrée par Zariel et postfacée par Maître Mô.
L'histoire est très difficile à présenter sans spoiler. Voici le quatrième de couv' :
Autour de mes démons, une armure de papier.
Mon Peter Pan dans sa tombe, ma forteresse.
Mentir puisqu’il le faut.
Lutter seul.
Et tenir bon
.
Le narrateur (le héros, devrais-je dire) est tourmenté par ses démons intérieurs, au point de ne plus se considérer comme un être humain. Et quand vous saurez de quoi il s'agit, vous comprendrez pourquoi...***

Néanmoins, Isa Guso arrive à nous le rendre sympathique (si si) et à nous faire comprendre son tourment (et peut-être à porter un autre regard sur ses semblables ?).

Enfin bref, un excellent bouquin que je conseille vivement !




* : je ne l'ai pas encore lu, donc je ne sais pas ce qu'il vaut, en-dehors du fait que le sujet m'interpelle.

** : qui n'est, à ma connaissance, plus éditée, mais qui doit bien se trouver en occase... 

*** : et non, cette histoire n'a aucun élément SFFF****, mais c'est bien quand même 😉

**** : enfin, y'a bien une scène un peu onirique à un moment, mais ça ne change rien vis-à-vis de l'intrigue.

jeudi 13 avril 2017

Le pitch, sa vie, son oeuvre

Dans un mois, je serai aux Imaginales (et j'en ferai des compte-rendus, cf les années précédentes).

L'une des particularités de ce salon, c'est le Speed-Dating des éditeurs, où les auteurs (débutants, en général) peuvent rencontrer des représentants des maisons d'édition et leur proposer leur manuscrit.

Et parmi ce qu'on demande aux candidats de fournir, on trouve... un pitch !
(Merci à "Tonton" Paul Beorn pour ses informations sur le sujet)

Non, ce n'est pas de ce genre de pitch que je parle.
Oui je ne me lasse pas de cette blague
😊

 

Qu'est-ce qu'un Pitch ?


Selon Wikipédia, il s'agit de "la synthèse d'un récit, d'une œuvre de fiction, à travers une phrase ou un petit paragraphe". Personnellement, je le différencie de la "tagline" (et le rapproche de ce que Wiki appelle "logline") : la tagline génère une accroche plus superficielle et est souvent [faite pour être] associée à un visuel.

Il s'agit donc de résumer son intrigue en quelques phrases accrocheuses. On distingue parfois le pitch écrit du pitch oral : le premier peut se permettre d'être un peu plus long et complexe ; le second doit être fluide, facile à énoncer.

Son but est clairement commercial : il s'agit de donner à l'interlocuteur (l'éditeur qui pourrait le publier ou le lecteur qui pourrait l'acheter) une image mentale du bouquin.

Malgré des points communs, il est différent d'un quatrième de couverture : ce dernier peut se permettre d'être plus long et plus détaillé.


Comment rédiger un Pitch ?


Je vais vous décevoir : il n'y a pas de méthode.
Ou plutôt : il n'y a pas de méthode unique.
Et, pour ne rien arranger 😈 il n'y a pas de pitch unique : selon le public auquel vous vous adresserez (et là, je ne parle pas d'éditeur vs lecteur, mais des goûts de votre interlocuteur), vous pouvez orienter votre pitch. Pour, mettons, un polar avec de la romance, vous insisterez plus sur l'aspect "romance" face à un éditeur de romance et sur le côté "policier" devant un lecteur de polars.

Dans un pitch, il faut :
  • ne PAS donner des noms propres (on va à l'essentiel, donc ça ne sert à rien).
  • ne PAS raconter la fin (le but est d'accrocher l'interlocuteur).
  • ne PAS donner une image fausse du bouquin (ça peut être délicat s'il mélange plusieurs genres).
  • ne PAS faire des effets de style (à moins que ça ne joue sur le côté accrocheur, mais dans l'absolu, c'est non, on cherche la clarté d'abord).
  • que le genre (SF, Fantasy,...) soit facilement perceptible (plus prudent pour ne pas "tromper" l'interlocuteur).

Selon moi* un pitch devrait être simple, dans le style : 
<brève idée de l'univers où ça se passe/du genre du roman> + <Qui> <Quoi> <Dans quel but> + éventuellement <Comment / Avec quelles conséquences potentielles> 


Quelques exemples de Pitches


Ceux de Wikipédia sont assez bons à mon goût, si ce n'est qu'ils ont la facilité de ne pas aborder la question de l'univers / du genre.

Deux autres de mon cru, qui ne sont pas SFFF non plus (réponse en lien) : 

Un espion plein de ressources renié par sa hiérarchie vient à l'aide de gens ordinaires tout en cherchant les responsables de sa déchéance.

Un écrivain en mal d'inspiration fait équipe avec une détective pour résoudre des meurtres.

Deux autres encore, que je tiens de Tonton Beorn :

Les trois mousquetaires, avec des dragons.

Les sept mercenaires, en fantasy.

Ces deux derniers sont un peu des exceptions, à mon avis : s'ils se "résument" aussi bien, c'est parce qu'ils reprennent des "modèles" bien connus - ce qui ne veut pas dire qu'ils n'ont pas leur propre originalité !

Et maintenant, à vous de pitcher !



* : mais je suis loin de détenir la Vérité Universelle 😉


mercredi 12 avril 2017

Trois Bâtards : Avancement (3)

Pas grand-chose à dire cette semaine, sinon que j'ai quasi-fini la recorrection de CQVDSV (il ne manque plus qu'un nouveau passage d'Antidote* pour vérifier que tout est ok).

A part ça, je n'ai pas beaucoup avancé la semaine dernière (mal dormi) mais ça s'annonce mieux pour celle-ci, bien que je n'en sois qu'à 1.300 mots sur les 20.000 (utopiquement) attendus.

Mes trois héros vont bientôt partir sur les traces de la créature dévoreuse de moutons que j'évoquais mercredi dernier. Bientôt, ils arriveront dans les bois où elle se terre, et là....

... Ben il faut que j'écrive la scène 😝

Bref, j'y retourne 😉




* : excellent logiciel de qualité professionnelle (mais cher, en conséquence) capable de traquer les fautes de grammaire et d'orthographe (bien mieux que le correcteur intégré de Word, y'a pas de comparaison !), et doté de tout un tas de fonctionnalités très très pratiques. Je le recommande à tout écrivain un peu sérieux.**

** : dans son intérêt pour l'écriture, j'entends 😉

jeudi 6 avril 2017

FMIM 2017

Bon, je viens d'apprendre que le Festival des Mondes de l'Imaginaire de Montrouge, c'est ce week-end. 
Sauf que j'ai d'autres trucs de prévu et que c'est extrêmement improbable que je puisse y aller 😠


L'affiche est superbe, je regrette d'autant plus.

Je dois dire que ça me faiche de ne pas l'avoir su plus tôt - apparemment, si jamais qqn que je connais était au courant, personne n'a pensé à faire circuler l'info😠

De plus, et en toute subjectivité 😈, je trouve un peu moyen que le festival n'ait pas de vrai site web, juste une page fessebouc, où (à mon avis) on a du mal à retrouver les infos.*

Enfin bref, je suis mauvaise humeur 😠

J'espère juste que je pourrai y aller l'an prochain. Si je suis prévenue à temps... 😠




* : J'ai quand même dû passer par ActuSF et une recherche Google pour trouver l'affiche...

mercredi 5 avril 2017

Trois Bâtards : Avancement (2)

Et donc, je nanote tranquillement... 
Je me rends compte que mon rythme naturel pourrait bien tourner autour de 350-400 mots par jour, sachant que j'ai rarement la possibilité d'écrire vendredi-samedi-dimanche. C'est pas énorme*, je sais bien, mais si j'arrive à en faire qqch de régulier, ça pourrait être pas mal... 

Comme promis, une petite présentation de mes trois protagonistes : 

Shamio : Guerrier et forgeron, c'est le narrateur de l'histoire. Un peu dépressif, suite à un chagrin d'amour. La narration fait qu'à ce stade, tout ce qu'on sait de sa "batârdise"**, c'est qu'il appartient à une race extrêmement crainte.

Damiàn : Demi-démon, moine-guerrier et prêtre de la Dame du Pardon. Sociable et un peu bavard, c'est le diplomate du groupe. Il a sinon un physique caractéristique de ses origines : cornes, queue, pieds fourchus... Une version JdR de son histoire personnelle est consultable .

Sol : Demi-dokk***, archer et pisteur. Préfère les bêtes (surtout les chevaux) aux gens. Pourrait presque passer pour un elfe pur sang si ce n'était sa peau grise et ses yeux noirs. Il a aussi un petit secret que seul Damiàn connaît et que je ne compte pas révéler ici 😈

C'est dans ces moments-là que je regrette de ne pas savoir vraiment dessiner, pour donner une idée plus précise de leur apparence.

Pour le moment, les deux derniers viennent d'engager le premier comme back-up pour chasser la bête qui s'attaque aux moutons d'une des ouailles de Damiàn...

Source : bergerie de l'Estrie




* : et il me faudrait plutôt le double pour espérer atteindre les 20k mots que je me suis donnés comme objectif.

** : au sens où mes trois héros sont les rejetons (illégitimes) de créatures maléfiques.

*** : je préfère utiliser ce terme plutôt que "drow", trop connoté D&D.****

**** : même si mon monde est assez "classique" de ce point de vue 😳