Version mobile

Si ma charte graphique ne vous plaît pas, essayez avec la version mobile :)

vendredi 21 octobre 2016

Dédicace Antho "Mort(s)"

Et donc, hier, j'étais à ma première dédicace en tant qu'autrice, pour ma nouvelle Demain sera un autre jour, dans l'anthologie Mort(s) des Artistes Fous Associés.

Je suis arrivée presque à l'heure, étant partie en avance sur l'horaire prévu et le RER ayant, comme d'hab', eu un petit hoquet sur le parcours... Enfin bref, j'étais là, avec mon courage dans une main et mon stylo dans l'autre ^^ 

La soirée avait donc lieu au bar "La Caravane", dans le XIe arrondissement (métro Goncourt, un signe !).

Daaaans la caravane !

Un petit bémol (parce que je suis une râleuse) : l'endroit n'était pas des plus adaptés pour ce genre de choses : petit et tout en longueur, il n'y avait pas de tables réservée aux auteurs (à part dans l'entrée, pour la vente des bouquins, affiches etc.), et aucun moyen d'identifier qui est qui, sinon par le bouche à oreille.
A part ça, la bière était bonne et les plats du bar aussi (bien qu'un peu chers).

Maniak en pleine dédicace - et les piles d'ouvrages en vente.

J'ai donc commencé en mode fangirl, si je puis dire, en faisant le tour des auteurs et illustrateurs présents pour faire dédicacer mon propre exemplaire. J'ai eu le plaisir de voir ou revoir d'autres Grenouilles au sommaire de l'anthologie, ainsi que d'autres membres du microcosme éditorial SFFF :) Et la joie tout aussi grande d'avoir la visite de quelques-uns de mes potes parisiens (mon premier fan-club ? :p).

Il s'est passé une petite heure avant que je ne procède à ma toute première dédicace. Je dois dire que c'est un peu intimidant, surtout quand c'est pour quelqu'un qu'on ne connaît pas du tout. Comme on me l'avait conseillé, j'avais préparé quelques phrases toutes faites, et ça a été utile quand je manquais d'inspiration (je ne m'en suis servie que deux ou trois fois, cependant, sur la douzaine d'ouvrages que j'ai signés).

On m'a dit que les auteurs en dédicace ont la hantise des fautes d'orthographe, que ce soit dans la dédi' elle-même ou dans le nom du lecteur. Perso, ce qui me préoccupait, c'était de ne pas me tromper de page et surtout de ne pas me tromper de bouquin : dès qu'on en a plusieurs à signer à la suite, le risque est réel.
Heureusement, je pense que j'y ai échappé. Je crois.

Cham et Maniak en mode metal ^^

Je dois dire aussi que malgré les signatures que j'ai faites, je ne me rends pas encore compte de ce que c'est, que d'avoir ses mots à soir dans un bouquin imprimé. Je n'arrive pas à y croire vraiment. Je suppose que ça viendra...

Pour conclure, j'ai passé une bonne soirée (bien qu'un peu bordélique ;)), qui m'a donné envie d'écrire plus de nouvelles (et de collaborer davantage avec les AFA* ^^). Je regrette de ne pas avoir pu rester plus longtemps (j'ai dû partir vers 22h30), mais j'habite loin.

A part ça, je suis à présent en vacances pour une dizaine de jours, et je vais tâcher d'avancer un peu dans le Journal d'Anya. Et peut-être d'écrire des nouvelles...



* : en même temps, avec un pseudo comme le mien, c'était prédestiné !


mercredi 19 octobre 2016

Cocyconv 16 : "Boostez votre créativité !"

Une fois n'est pas coutume, je vais me contenter d'un résumé. Pas juste par flemme, mais parce que le sujet s'y prête. Surtout que cette conférence, bien utile, est (c) MadManu et que je ne veux pas vous dévoiler tous ses secrets comme ça ! 

Tout d'abord, ces méthodes sont applicables autant pour trouver des idées d'histoires que pour se débloquer dans un passage difficile d'un projet en cours (mais le premier cas est plus facile pour donner des exemples ^^). 

Le mot-clé est Altération : il faut tripatouiller son idée dans tous les sens, en modifiant des paramètres ou en en ajoutant d'autres : on peut donc diminuer ou augmenter un élément (au sens le plus large de "élément"), le remplacer par autre chose, le supprimer, l'inverser, le combiner avec un autre...

Pour chercher des sources d'inspiration : la liste de Kent et Rosanoff des 100 mots les plus évocateurs peut être un bon départ. Et pour les gens qui, comme moi, sont très visuels, les bases de données d'images comme Photo.net peuvent être une bonne idée.

Enfin, nous avons eu des travaux pratiques de brainstorming. Le but : à une question posée, lister un maximum de réponses possibles, y compris (et surtout :p) les plus farfelues. Et ne surtout pas critiquer quoi que ce soit* avant d'en avoir assez** pour faire un tri ; de même, ne pas en choisir une tout de suite sans en avoir évoqué d'autres.

Une remarque à ce sujet :
  • La première série d'idées correspond à celles que tout le monde a déjà eues*** => en général, on peut les ignorer une fois listées.
  • La seconde est plus fouillée : seulement quelques personnes y auront pensé => on peut s'y attarder.
  • La troisième recueille fatalement celles que personne n'a déjà eues => ce seront probablement les plus intéressantes. 

Pour le brainstorming, donc, j'ai honteusement recruté mon groupe pour résoudre un point de Ceux qui Courent Sous la Lune qui ne me satisfait pas encore : "comment un loup-garou peut-il redevenir humain ?".

Le résultat en image :

61 idées !

Bien sûr, il y a beaucoup d'idées très proches (ça fait partie du jeu) et la plupart ne seront pas exploitables parce que le cadre ne s'y prête pas (on a traité la question sur un plan général), mais certaines m'ont donné des pistes intéressantes. Je remercie donc Gallae, Ilfuldrita, "mémé" Domi et Luce Basseterre pour leurs contributions <3




* : y compris soi-même !

** : une cinquantaine, au minimum. Pas si dur en comptant les variations sur un même thème, et surtout si on peut s'y mettre à plusieurs !

*** : sachant que le critère n'est certainement pas le même pour des écrivains de SFFF que pour, disons, des gens plus normaux :P

mardi 18 octobre 2016

Cocyconv 16 : "Création d'univers"

Le sujet m'intéressait particulièrement, parce que je voudrais étoffer le monde d'Anya, comme j'en parlais quelques mois plus tôt... 
Comme d'habitude, je cite les gens d'après mes notes, je résume un peu, et toutes les erreurs me sont imputables.Et les remarques entre [] sont de moi.

Participants : Any, Aramis, Dorian Lake et Célia Flaux.*
Animé par : Axelle, de Chronobooks


I - Créer un univers, c'est quoi ?

 


AC : Quels sont les éléments pour un univers réussi ?

A : Le décor et les personnages secondaires (qui forment l'environnement). Il faut créer une intimité avec le lecteur.

CF : La cohérence, plus ce qui est nouveau/neuf par rapport aux "tropes"** classiques du genre. Il faut pousser au maximum les différences, ce qui rend le monde unique, ainsi que les détails qui rendent les choses vivantes et crédibles ; tout ça selon le principe du "show, don't tell".***

DL : L'émotion qu'on en retire, les images, le ressenti.

Any : C'est un équilibre entre le général, l'esquissé, et les détails qui vont rendre le monde "réel". Et un équilibre entre l'émotionnel et le rationnel.

AC : Pour vous, quel est le bon ratio complexité/stéréotype ?

Any : Ca dépend de l'effet qu'on veut donner. On peut se contenter d'un univers stéréotypé mais avec quelques détails "nets".

CF : Les stéréotypes sont puissants et permettent de suggérer beaucoup avec peu de mots. Mais ça ne suffit pas, il faut de l'originalité en plus.

A : Il faut quelques stéréotypes pour que le lecteur puisse s'y retrouver. C'est difficile de créer quelque chose de complètement étranger au lecteur, et ça risque de le perdre. Il faut doser selon les besoins de l'histoire, c'est au cas par cas.

DL : Le stéréotype est un ennemi, il rend l'univers trop simple et trop différent de la réalité.

AC : Quelle est la place de l'univers par rapport à l'intrigue ?

Any : C'est un triangle entre les personnages, l'intrigue et l'univers, il faut jouer sur les oppositions et les complémentarités, mais ça dépend de chaque cas.

A : Ca dépend de l'histoire : si les personnages sont au coeur de l'intrigue, l'univers est là pour renforcer le tout.

DL : L'univers assaisonne le roman : les personnages et l'intrigue peuvent être transposés d'un univers à l'autre.

CF : L'univers doit être complémentaire aux personnages. Si j'ai un perso qui a le vertige, je vais mettre en scène des montagnes et autres hauteurs... 


II - Créer un univers, comment faire ?

 

AC : Quels outils utilisez-vous pour créer un univers cohérent ?

Any : Je fonctionne en "architecte"**** pour l'histoire, mais pas pour l'univers. Pour celui-ci, je m'inspire d'images vues sur Pinterest, de mes connaissances et points d'intérêt. Il est important de faire des recherches, mais il ne faut pas s'y perdre ; on peut éventuellement les faire après, en phase de correction, et rajouter en même temps des détails qui ajouteront de la crédibilité.

CF : Je suis très jardinière****, je commence souvent avec juste une idée, que je développe au fur et à mesure (en notant dans un cahier, pour éviter les incohérences). Et cf plus haut, je modèle mon monde pour accompagner les scènes.

DL : J'aime m'inspirer de l'Histoire. Retranscrire ça dans notre univers apporte de la cohérence. Pareil avec des voyages que j'ai faits : nos univers existent déjà en nous quelque part.

A : Je suis très jardinière, j'utilise peu d'outils. Dans les quizz de world building, tous les aspects de l'univers sont abordés, mais ce n'est pas évident d'y répondre. C'est plus facile de répondre aux questions "en situation", quand on y est confronté. Sinon, on peut aussi s'aider d'excel ou d'outils de timeline, comme Aeon Timeline.*****

AC : Le WQ est peut-être plus utile à faire en fin de roman, vu que certains de ses aspects ne seront jamais utilisés.

AC : Quelle est la "dose d'univers" dans vos récits : petites doses ou grandes descriptions ?

DL : C'est comme dans un film : le lecteur n'a pas besoin de tout savoir, juste ce dont il a besoin pour l'histoire. Ca gêne la fluidité de lecture, on ne doit pas étouffer le lecteur avec.

Any : Il y a différentes échelles. Il faut que ça vienne tout seul (vêtements, actions, coutumes...) mais il faut aussi des descriptions des lieux, pour bien poser les choses.

CF : Il faut mieux mettre les descriptions avec les actions, pour éviter la surcharge. Et éviter d'appeler un lapin un "smeerp" seulement parce qu'il a quatre oreilles. Les descriptions sont à réserver aux scènes où elles sont indispensables.

A : A notre époque, il vaut mieux éviter les descriptions de trente pages à la Tolkien. Par exemple, dans Les salauds gentilshommes, de Scott Lynch******, l'univers est créé par petites touches. Il faut aussi penser à utiliser les cinq sens dans les descriptions.
Il faut aussi éviter de transposer des nomenclatures de notre culture dans l'univers inventé (par exemple : des feux de la Saint-Jean ou des coquilles Saint-Jacques, dans un monde où ces saints n'existent pas)
L'univers construit sa propre cohérence : quand l'auteur est "dans" son univers, les détails arrivent tout seuls, quand on en a besoin, sans avoir besoin de tout mettre. [Je ne suis pas tout à fait d'accord sur ce point : j'ai le défaut de ne pas penser à préciser ce qui est évident pour moi parce que je le visualise trop bien :/]

AC : L'univers EST un personnage, mais pas forcément un personnage principal, ça peut n'être qu'un figurant. Et on peut tout de même faire de grandes descriptions si elles accompagnent un mouvement, comme c'est le cas chez Robin Hobb.

Parmi les participants, certains ont mentionné le fait de dessiner ses personnages et ses lieux, ou de faire des plans des bâtiments pour mieux visualiser. Aussi, il faut que le lecteur n'ait pas l'impression de subir un cours de la part de l'auteur.


III - Créer un univers,à vous de jouer !

 

Suite à la conférence, nous avons reçu de mini-fiches de World Quizz, à remplir avant, pendant ou après l'élaboration de nos univers. En voici les points abordés :
  1. Nom de l'univers.
  2. Echelle de cet univers : une ville ? un continent ? une planète ?...
  3. Nombre d'espèces [de personnages] au sein de cet univers. Sont-elles humanoïdes, ou non ?
  4. Y a-t-il de la technologie avancée ? de la magie ?
  5. Quelle est l'histoire de l'univers, comment est-il né ?
  6. Résumez l'univers en une phrase ou un court paragraphe (moins de cent mots).
  7. Quels sont les points de l'univers qui seront obligatoirement abordés dans le texte ?
  8. Quels sont les détails de l'univers que vous voulez absolument introduire dans le texte ?

Et maintenant, il ne me reste plus qu'à appliquer tout ça...




* : abrégés en : Any, A, DL, CF et AC

** : on pourrait traduire par "clichés", sauf que le mot a une connotation négative.

*** : "montrez, ne dites pas" : un des principes d'une bonne narration, en général.

**** : l'"architecte" planifie à l'avance, par rapport au "jardinier", qui avance sans forcément savoir où il va.

***** : merci à Luxia pour la référence. Je précise que je n'ai pas testé.

****** : pas encore lu, il attend dans ma liseuse.

mercredi 12 octobre 2016

Cocyconv 2016

J'en parlais donc la semaine dernière : ce week-end, j'étais à la Convention annuelle de Cocyclics. Pour les détails, je vous renvoie à ce que j'en avais dit l'an dernier : les grandes lignes n'ont pas changé et, en plus, on était au même endroit ^^ (et les lits étaient meilleurs que la fois précédente :p).

J'ai encore fait deuxième (avec mon équipe) à la Chasse au trésor :( (je sais même pas pourquoi on a perdu un point :(), et j'ai assisté à deux des trois ateliers/conférences proposés : "Boostez votre créativité", et "Création d'Univers" - j'en ferai un compte-rendu dans quelques jours* c'est fait. Le troisième portait sur l'Autoédition ; ce n'est pas un sujet qui me préoccupe pour le moment, mais si ça vous intéresse, la Grenouille animatrice, Nathalie Bagadey, en parle beaucoup mieux que moi sur son site.

Je regrette de ne pas avoir été en meilleure forme (du coup, j'ai passé du temps devant mon ordi plutôt que d'aller embêter les copines**) et donc plus sociable.

A part ça, deux bonnes nouvelles :

1) J'ai un petit peu avancé dans le Journal d'Anya. Enfin, "avancé" n'est pas le terme : en effet, j'ai décidé (l'idée me trottait dans la tête depuis un moment***) de diviser le Journal en trois parties ; d'abord, la "mission" donnée à Anya par sa mère, puis le voyage vers Nyork qui se transforme en quête du Père et enfin l'arrivée à Nyork et ce qui s'ensuit. Et du coup, ces trois parties ont généré chacune une "introduction", sous la forme d'un prologue et deux interludes. J'avais déjà écrit le premier - en me demandant quoi faire du texte, inexploitable seul - j'ai donc ajouté les deux autres. Ca compte quand même ^^

2) Parce que je m'ennuyais dans le train****, j'ai cherché quoi faire et je me suis résolue à écrire le début de la suite de CQVDSV, qui me trottait dans la tête depuis un bail. Bon, ce n'est que le début, je ne sais pas encore très bien où je vais et je n'ai écrit qu'un peu moins de 17ksec, mais c'est déjà ça !

Pour conclure, je vous rappelle que je ferai mes premières dédicaces la semaine prochaine, à Paris, pour ma nouvelle de l'Antho Mort(s) des Artistes Fous !





* : probablement la semaine prochaine, je suis un peu surbookée, ce mois-ci.

** : en même temps, ça vaut mieux pour elles ;)

*** : je ne crois pas en avoir parlé ici.

**** : pour la première partie du voyage vers la CocyConv (après, on s'est retrouvés entre Grenouilles, on ne pouvait tout simplement pas s'ennuyer ;)).

lundi 3 octobre 2016

Quinze minutes de célébrité

Je n'ai pas été sérieuse, je n'ai rien posté la semaine dernière, alors que j'aurais dû. 
D'un autre côté, je n'ai rien écrit non plus pendant ce temps.*

M'enfin bon, en attendant que je m'y remette, j'ai au moins une bonne nouvelle à annoncer : CA Y EST ! Demain sera un autre jour va enfin paraître, et je vais même faire ma première séance de dédicaces !

Dois-je préciser que je suis (intérieurement) morte de trouille ?

En attendant, voici la couverture (et les détails) :

Désolée, je n'ai pas trouvé le nom de l'illustrateur :(

  • Préface [Vincent Leclercq]
  • Le moine copiste et la Blanche-Face [Olivier Boile]
  • Robô [Xavier Portebois]
  • Tri Nox Samoni [Jérôme Nédélec]
  • Demain sera un autre jour [Crazy]
  • Le Chemin de la Vallée inondée [Diane]
  • Ambre Solis [Gallinacé Ardent]
  • La dette du psychopompe [Guillaume G. Lemaître]
  • Ne va pas par là [Martin Lopez]
  • Die Nachzehrermethode [Quentin Foureau]
  • Le fils du tyran [Stéphane Croenne]
  • OH OUI... [Bruno Pochesci]
  • Les âmes de la foire [Vincent T.]
  • Le mécanisme de la mort du langage [Mort Niak]
  • Venus Requiem [Émilie Querbalec]
  • Mammam-IA [Tesha Garisaki]
  • Délivre-moi du mal [Ria Laune]
  • Le manoir aux urnes [NokomisM]
  • Le temps des moissons [Southeast Jones]
322 pages (illustrations + couverture couleur). Avec des Grenouilles dedans !

Et donc, pour couronner le tout, une soirée de lancement aura lieu à Paris jeudi 20/10 :



Donc voilà, si vous avez envie de voir ma sale gueule, vous savez où me trouver !**

PS : J'ai prévu de me remettre au Journal d'Anya incessamment sous peu, mais vu que le week-end prochain, c'est Cocyconv, je ne peux rien promettre :( En revanche, y'aura des comptes-rendus de ladite Cocyconv et des conférences qui s'y tiendront :)




* : comment ça, c'est pas une excuse ?

** : ponctualité non garantie, mais vous pouvez toujours faire un sacrifice aux dieux du RER, ça peut pas faire de mal.