Version mobile

Si ma charte graphique ne vous plaît pas, essayez avec la version mobile :)

mardi 31 mai 2016

Imaginales 2016 : Rencontres...

Comme dans la plupart des salons auxquels j'ai pu me rendre, les Imaginales sont le lieu de belles rencontres. Avec tous mes "amis d'internet", bien sûr, mais surtout avec ceux pour qui lesdits amis et moi-même sommes là : les auteurs.

Cette année, ça a commencé très fort : dès le jeudi, alors que je montais dans le train, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir que Jean-Luc Marcastel était assis juste devant moi (merci au passager qui a bien voulu échanger sa place afin que JL puisse s'assoir à côté de moi). Nous avons pu discuter un petit moment (en grignotant, nous avons chacun une réputation ^^*), avant que ses obligations ne le fassent partir pour la voiture-bar.

Je ne vais pas faire la liste de tous les auteurs que j'ai eu le plaisir** de croiser pendant le week-end, je risque d'en oublier. J'ai regretté l'absence d'Elizabeth Vonarburg (malade), mais j'ai sinon pu faire dédicacer la dizaine de bouquins que j'avais amenés à cet effet.

Vendredi matin, j'avais pris rendez-vous pour petit-déjeuner avec Norman Spinrad. C'est un auteur que j'aime beaucoup, même si ses oeuvres sont assez "trash", surtout les plus anciennes (il va parfois très loin dans l'exploration de la violence). Parmi ses romans les plus récents, je recommande Oussama et Il est parmi nous, qui abordent respectivement la montée du djihadisme et le monde des talk-shows (entre autres).

Norman Spinrad, en pleine dédicace.

Je n'ai malheureusement pas pu prendre de notes (c'est pas évident quand on est en train de manger ;)***), mais on a parlé d'écriture (normal ^^) et des adaptations ciné (dont NS n'est pas fan, car un film est une oeuvre collaborative, tandis que le livre n'a qu'un auteur (en général)).

Plus tard**** j'ai rencontré l'Elfe et le Nain de Naheulbeuk sur le stand Mille Saisons, et j'ai pu manger de l'andouille***** et des Chiantos.******


A propos de Naheulbeuk, j'ai fait dédicacer ma Couette de l'Oubli par John Lang et ai pu tester la version alpha de son "simulateur de relations sexuelles pour JdR", qui est bien moins osé******* que le nom ne le suggère ;) Je suis assez contente de moi, j'ai fait un score de 5/8 :)

Samedi, midi, j'ai eu la bonne fortune de tomber sur Boulet juste au moment où il arrivait sur place ; du coup, je l'ai "escorté" jusqu'à sa place ! J'espère ne pas avoir trop fait ma fangirl, mais je tenais à avoir mes dédicaces, si possible sans devoir attendre trois heures (et à ce que j'ai vu, c'est un des auteurs, avec John Lang et Jean-Philippe Jaworski, a avoir eu le plus de queue à son stand !).

Dédicace du t2 (g.) et du t1 (d.) des Notes. J'ai fait rajouter "Capitaine" dans la signature, parce que c'était exactement ça !

Dimanche, j'ai eu le plaisir de pique-niquer avec Jean-Luc Marcastel (et d'autres auteurs/acteurs de l'édition, dont John Lang, et Cassandra O'Donnell en passage éclair). Comme toujours avec JLM, il y avait du fromage, du saucisson, des biscuits, et plein de bonnes choses à boire !

Enfin, au retour, j'ai eu la bonne surprise d'être dans le même train que Jeanne-A Debats (ainsi qu'une poignée de Grenouilles) et nous avons parlé, entre autres, des conférences de la journée.



Je réalise, en écrivant ces lignes, que ce CR a un côté très "name-dropping", "regardez-moi, je déjeune avec des auteurs", etc...
C'est pas faux.
Mais c'est aussi pour dire que les auteurs en question sont, justement, très accessibles ; pas des idoles sur leur piédestal, même si nous, les fans/lecteurs, les regardons aussi comme tels. Pour une aspirante-autrice comme moi, c'est agréable de pouvoir baigner dans ce milieu, de "faire partie du club", même si ce n'est que le temps d'un salon.********
Je ne sais plus quel écrivain connu avait fait un article sur le décalage qu'il y avait entre un auteur (ou un acteur, ou un autre personnage public) et son fandom, dans la mesure où le fan "sait tout" dudit auteur, donc le connaît, quelque part, tandis que le contraire n'est évidemment pas vrai - dans le cas général. Et je peux vous dire qu'en tant que fan, ça fait super plaisir quand une autrice vient vous dire bonjour, alors que d'ordinaire, c'est plutôt vous qui passez saluer les auteurs en arrivant.

Enfin voilà. Je ne sais hélàs pas si je pourrai retourner à Epinal l'an prochain, mais j'y ai encore passé un très bon moment, et je n'en regrette pas une seconde !





* : lui de fournisseur de bonnes choses à manger, moi de mangeuse de bonnes choses ^^

** : j'espère que ça a été un plaisir pour eux aussi, mais étant donné ma nature de chieuse, je ne peux que spéculer...

*** : et pas très poli non plus ;) 

**** : si je ne me trompe pas de jour, mais ce n'est pas très important ;)

***** : aucun rapport avec l'Elfe ^^

****** : offerts par le Nain (il s'agissait en fait de bonbons Napoléon).

******* : et bien plus comique.

******** : en attendant de publier mes oeuvres et de devenir riche et célèbre.*********

********* : ironie inside sur ce dernier point, je préfère préciser ;)

lundi 30 mai 2016

Imaginales 2016 : sous le signe de la Grenouille !

Et donc, ce week-end, j'étais aux Imaginales.
(Et, maintenant que j'ai un smartphone, j'ai pu prendre des photos !).



Un salon sous le signe de la Grenouille, puisque non seulement j'y ai vu ou revu un certain nombre de membres du forum Cocyclics - y compris parmi les auteurs en dédicace - mais le symbole batracien était partout ! 

Sur l'affiche, qui elle-même était déclinée en dessous de table chez les restaurateurs locaux...


Et surtout, c'est elle qui a été choisie, parmi toutes les autres créatures de ladite affiche, pour illustrer les serviettes de table !

La classe, une grenouille en haut-de forme et queue de pie !

Evidemment, parmi mes camarades anoures, j'ai pu en apercevoir sous diverses déclinaisons : boucles d'oreilles, badges, patches autocollants... Je signalerai tout de même deux exemples particulièrement sympas : 

Les sacoches de Mémé Domi : 


Et la broderie arborée par Arha (réalisée d'après un des smileys dudit forum) : 


Par contre, je n'en ai vu ou entendu aucune dans le parc où avait lieu le salon. Mais je ne résiste pas à l'envie de montrer un échantillon des superbes iris des massifs :



Je ne vais évidemment pas m'arrêter là pour mon compte-rendu du salon, mais j'ai un certain nombre de conférences à transcrire, donc, à l'instar de Rome, ça ne se fera pas en un jour.

Au programme : 

Attendez-vous donc à une plus grande fréquence de posts sur le blog !

La traditionnelle fresque des Imaginales, en cours de finition - mais sans grenouille, pour autant que j'aie pu voir :(

jeudi 19 mai 2016

A l'aventure, Compagnons ! (2)

Il n'y aura très probablement pas de post la semaine prochaine car, comme le souligne le titre de cet article, je ne serai pas là : je pars aux Imaginales jeudi prochain, pour voir les Grenouilles*, en accompagner certaines au Speed-Dating des Editeurs, assister à des conférences, rencontrer des auteurs, faire faire des dédicaces...

Le programme est toujours intéressant, quoique certains sujets m'ont l'air très semblables à ceux de l'an dernier - on verra ce que ça donne. Et il y a, comme toujours, plein d'invités, dont des auteurs étrangers, (dont Norman Spinrad, dont j'aime beaucoup les romans). Evidemment, je ferai des comptes-rendus à mon retour.

A part ça, mes recherches pour le Journal d'Anya se sont un peu étoffées, et j'ai même pu avancer, avec le récit de la soirée du Nouvel An (j'ai donc inventé des traditions pour l'occasion ^^).

A dans deux semaines, donc !



* de Cocyclics,

mardi 10 mai 2016

Darkside : Le Journal d'Anya : Avancement (16)

J'en parlais la semaine dernière : j'ai donc entamé un "world quizz" histoire de donner plus de profondeur à mon univers. Il s'agit simplement de répondre à un gros paquet de questions sur le système socio-économique d'un monde, afin de mieux le cerner (un exemple ici, pour un cadre fantasy, en anglais). Je suppose que j'ai de la chance de faire dans le post-apo : j'esquive un certain nombre de points en les renvoyant à des comparaisons irl.
PS : celui sur lequel je me base ici est la VF (merci Syven) d'un texte qui n'est plus trouvable sur le Net.


Le volume de données nécessaire pour concevoir un univers qui tient la route (allégorie).

Beaucoup de ces questions sont pertinentes et me pointent donc des problèmes à résoudre, que ce soit maintenant ou lors des corrections*. Parmi celles qui me posent problème/vont me demander des réflexions et/ou des recherches : 
  • Quelle forme de divertissement est la plus populaire dans votre société principale ?
Ce n'est pas très difficile à imaginer pour ce qui est des campagnes : c'est une ambiance très western, donc on peut penser à des trucs comme des fêtes de village, des courses de chevaux, des activités de type kermesse...
Par contre, pour mes Grandes Villes** j'ai plus de mal à visualiser : e-sport ? sports "traditionnels" ? compétitions en réalité virtuelle ? Et que regardent-ils à la "télé" ? Y a-t-il des studios de ciné ou équivalent ?
  •  Quels sports y a-t-il dans votre monde ?
Ca va un peu avec mais ça reste différent : fait-on encore du sport dans un monde post-apo ? Pour moi, c'est une activité de civilisés, pas de gens qui passent leurs journées à essayer de survivre jusqu'au lendemain (ok, je noircis un peu le trait, mais disons que je vois mal le mec qui s'éreinte à labourer ses champs toute la semaine aller faire du foot le week-end).
Même dans les Grandes Villes, j'ai du mal à me le représenter. Surtout que si compétitions il y a, elles ne peuvent être que locales, vu que les communication entre GV restent primitives.
  • Combien y a-t-il de langues dans la partie du monde où votre histoire prend place ?
A priori, tout le monde parle anglais. Mais j'ai zappé la possibilité de communautés hispanophones, surtout dans le Sud. Il peut aussi y avoir des accents, des patois, et je pense que je devrais insister davantage dessus.
  • Quelles sont quelques unes des traditions les plus dominantes de votre monde ?
Celle-la aurait dû être facile, puisqu'elles se basent sur celles des USA. Sauf qu'il faudrait sans doute que je rajoute des fêtes/dates particulières (par exemple, une commémoration de l'Exode). Parce que autant j'ai fixé l'époque/l'année des évènement importants de mon monde, autant j'ai rarement des dates précises jour-mois-année...
La solution facile serait de les faire coïncider avec des trucs existants, mais bon, ça me paraît un peu "gros". 
  • Quelles sont quelques chansons et rimes que tout le monde connait ? D’où viennent-elles ?
Même en disant que les activités culturelles se sont bien ralenties depuis l'Exode, c'était quand même deux bons siècles après notre époque. Donc ok, mes personnages peuvent connaître Hey, Jude***, mais il y a eu d'autres trucs mémorables depuis, et ça serait bien que je ne cantonne pas mes références au XXe-XXIe siècle... 
Et je ne parle pas que de Zeel White ;)
  • Comment les jeunes générations se rebellent-elles contre leurs aînés ?
Je ne sais pas si ce point est utile (il n'y a guère d'enfants ou d'ados dans mon histoire, et ils ne sont pas de ce genre-là), mais le fait est que je n'en ai pas une idée précise.
J'imagine qu'à Nyork, l'éducation est suffisamment "éclairée" pour s'être débarrassée des travers de celle notre époque (et j'aime beaucoup les théories d'A.S. Neill). Donc ça peut limiter la rébellion - mais ça ne répond pas à la question ^^
  • Décrivez un dîner typique dans une famille typique.
J'ai quelques descriptions de repas de ce type dans mon histoire, mais je n'y ai pas réfléchi en profondeur.
  • Même chose pour une famille très riche.
Je ne suis pas sûre que le concept de "richesse" ait le même sens qu'irl, à part dans les Grandes Villes, sans doute (encore un truc que je n'ai pas assez approfondi :( ). Pour ce qui est de la question elle-même, c'est délicat : on a beau être "riche", il est difficile de se procurer des aliments "exotiques", vu que la plupart des transports se font en caravane - ou alors si ce n'est pas périssable.

Dans les deux cas, il y a la question de "quoi est dispo où", et de la "disparition" possible de certains aliments parce que produits trop loin (café, thé****, chocolat...). Sauf à Nyork, bien sûr ;) (et sans doute à Losange aussi).
  • Quelle est la plus grave maladie de votre monde ?
Bizarrement, je n'y ai pas réfléchi, alors même que tout le monde est loin d'avoir une dryade sous la main pour soigner ses bobos. Et même si la médecine est, en pratique, au niveau western, la théorie médicale n'a pas été entièrement oubliée et tout le monde connaît les principes de base de l'hygiène. Par ailleurs, on peut supposer aussi que certains virus ont été éradiqués, voire que les humains du XIIIe siècle (donc avant l'Exode et son cataclysme) se soient rendus résistants aux maladies. Mais dans ce cas, il pourrait aussi y avoir des maladies résistantes.
En-dehors de ça, je suppose qu'avec la radioactivité fréquente, le cancer et les malformations sont une préoccupation importante - surtout qu'on peut difficilement traiter ça hors des Grandes Villes, et encore.
  • Dans votre monde, y-a-t-il des conflits entre factions et/ou états ?
Encore un aspect que je n'ai pas creusé, bien que ça ne doive pas avoir un gros impact sur mon histoire. En effet, j'ai supposé que les communautés humaines***** étaient plutôt isolées, se regroupant/fédérant autour des Grandes Villes quand il y en avait d'actives à proximité. La diminution globale de la population (là encore, faudrait que je réfléchisse sérieusement à la question, pour l'instant j'ai juste divisé par 10 les chiffres actuels) a joué aussi sur la densité des villages. Néanmoins, il ne serait pas illogique que, en deux siècles, la population se soit "un peu" organisée, malgré le manque de moyens de communication, et que des "pays" se soient formés. D'un autre côté, c'est pas Fallout non plus : malgré son racisme anti-mutants, la population pré-Exode était plutôt pacifique, et plus prompte à avoir une police qu'une armée. Il peut rester de la "fierté culturelle", notamment dans le Sud, mais je ne vois pas naître de grosse dictature militariste-expansionniste.
  • Quel est le principale moyen de communication ? (ex: magie, messagers, services postaux, pigeons voyageurs,...)
C'était une question à laquelle je croyais avoir répondu, mais réfléchir à la précédente m'a fait réaliser que j'avais sous-estimé le problème. Il n'y a pas de magie dans le Darksideverse et très peu d'oiseaux (ça n'aime pas les radiations, ces bêtes-là), mais en deux siècles, on a quand même dû pouvoir mettre en place un télégraphe, voire un genre de Pony Express. Y'a de la radio, par contre, mais sa portée est limitée. Et il est possible que des brouilleurs aient été mis en place par les Exilés, histoire d'empêcher que les Terriens s'organisent un peu trop...

Enfin voilà. Ce n'était ici que les points qui posaient problème, mais cf ci-dessus, dès que je trouve une réponse, d'autres questions surgissent... (ça me rappelle ce qu'Anya vit à Nyork ^^). Et j'ai horreur de faire des recherches, parce que pendant ce temps, mon histoire n'avance pas (et j'ai encore plus horreur de ne pas faire de recherches, parce que ça implique un monde plein d'incohérences, ce qui me répugne en tant que lectrice).




* : et me connaissant, je pense que ce sera "option deux".

** : oui, elles sont rares et prennent une majuscule ^^

*** : points bonus pour ceux qui trouveront la référence ;)

**** : je ne sais plus si j'en ai parlé ici, mais Anya parle souvent de prendre le thé. En l'absence de décision formelle de ma part, j'ai laissé du flou sur le fait que ce soit du thé et pas de la tisane ;)

***** : au sens large du terme, hein, mutants inclus.


Crédits photo : Kathryn Greenhill


mercredi 4 mai 2016

Darkside : Le Journal d'Anya : Avancement (15)

J'ai fini mon NaNo avec un peu plus de 7000 mots au compteur, ce qui n'est pas énorme (ça doit faire dans les 40ksec*). J'avais "prévu" 20k mots mais les guillemets ne sont pas là pour rien : c'était une estimation optimiste autant que grossière de ce qui me restait à écrire pour boucler le Journal.
La raison est toujours la même : fatigue + doutes sur le projet. Mais je suis têtue, je m'accroche, je me dis que je traiterai les défauts du projet pendant la phase de corrections. Même si j'ai horreur de ça.**


Moi vs ce qui m'attend pour les corrections (allégorie)

Il est possible que je fasse une petite pause pour me concentrer un peu sur mon univers : je réalise que j'ai un peu de mal avec le niveau technologique. Je voudrais que ça apparaisse vraiment futuriste pour un lecteur du XXIe siècle, tout en cohabitant avec des trucs plus anciens de type XIXe-XXe (déjà, c'est pas gagné quand on voit qu'il est maintenant possible de piloter des drones par la pensée). Y'a aussi la question des ressources disponibles : on a beau savoir fabriquer, mettons, des voitures volantes, si on n'a pas les matières premières, on ne va pas décoller avant un moment. Ce sont des trucs auxquels j'ai déjà réfléchi, bien sûr, mais je crains de devoir le faire de façon un peu plus formelle parce que je commence à m'y perdre.

Il faut aussi que je fasse formellement le point sur ce que sait Anya en termes de culture générale : j'ai présupposé (mais sans doute pas assez détaillé) qu'elle avait eu accès à des livres (papier ou électroniques) et des vidéos, mais sait-elle, par exemple, ce qu'est un lion ou une orange ?

A part ça, Anya fait ses premiers pas dans la "fosses aux zombies***", autrement dit la cérémonie mondaine du Nouvel An. Donc ça avance, lentement mais sûrement. J'espère juste boucler mon premier jet pour la fin de l'année...




* : tout de suite, ça fait mieux, exprimé en sec ^^

** : pas des corrections - c'est toujours nécessaire - mais de continuer sur des bases branlantes en me contentant d'une note "à revoir plus tard".

*** : je rappelle que chez moi, zombie ne veut pas dire mort ambulant mais cyborg sauvage et dangereux.