Version mobile

Si ma charte graphique ne vous plaît pas, essayez avec la version mobile :)

lundi 3 octobre 2016

Quinze minutes de célébrité

Je n'ai pas été sérieuse, je n'ai rien posté la semaine dernière, alors que j'aurais dû. 
D'un autre côté, je n'ai rien écrit non plus pendant ce temps.*

M'enfin bon, en attendant que je m'y remette, j'ai au moins une bonne nouvelle à annoncer : CA Y EST ! Demain sera un autre jour va enfin paraître, et je vais même faire ma première séance de dédicaces !

Dois-je préciser que je suis (intérieurement) morte de trouille ?

En attendant, voici la couverture (et les détails) :

Désolée, je n'ai pas trouvé le nom de l'illustrateur :(

  • Préface [Vincent Leclercq]
  • Le moine copiste et la Blanche-Face [Olivier Boile]
  • Robô [Xavier Portebois]
  • Tri Nox Samoni [Jérôme Nédélec]
  • Demain sera un autre jour [Crazy]
  • Le Chemin de la Vallée inondée [Diane]
  • Ambre Solis [Gallinacé Ardent]
  • La dette du psychopompe [Guillaume G. Lemaître]
  • Ne va pas par là [Martin Lopez]
  • Die Nachzehrermethode [Quentin Foureau]
  • Le fils du tyran [Stéphane Croenne]
  • OH OUI... [Bruno Pochesci]
  • Les âmes de la foire [Vincent T.]
  • Le mécanisme de la mort du langage [Mort Niak]
  • Venus Requiem [Émilie Querbalec]
  • Mammam-IA [Tesha Garisaki]
  • Délivre-moi du mal [Ria Laune]
  • Le manoir aux urnes [NokomisM]
  • Le temps des moissons [Southeast Jones]
322 pages (illustrations + couverture couleur). Avec des Grenouilles dedans !

Et donc, pour couronner le tout, une soirée de lancement aura lieu à Paris jeudi 20/10 :



Donc voilà, si vous avez envie de voir ma sale gueule, vous savez où me trouver !**

PS : J'ai prévu de me remettre au Journal d'Anya incessamment sous peu, mais vu que le week-end prochain, c'est Cocyconv, je ne peux rien promettre :( En revanche, y'aura des comptes-rendus de ladite Cocyconv et des conférences qui s'y tiendront :)




* : comment ça, c'est pas une excuse ?

** : ponctualité non garantie, mais vous pouvez toujours faire un sacrifice aux dieux du RER, ça peut pas faire de mal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire