Version mobile

Si ma charte graphique ne vous plaît pas, essayez avec la version mobile :)

jeudi 15 décembre 2016

Putain, deux ans...

(J'espère que vous aurez saisi la référence, même si vous êtes né après 1990*)

Tout ça pour dire que, pour des raisons d'emploi du temps hivernal, je vais faire mon bilan annuel avec un peu d'avance : d'une part je n'ai toujours pas avancé sur le JdA depuis la dernière fois 😳 et d'autre part, je n'aurai probablement pas le temps de poster quoi que ce soit d'ici la fin de l'année.**

Source : Femme Actuelle - on trouve ce qu'on peut où on peut 😑

Cette année, j'ai : 
  • Réussi à tenir ma moyenne d'un article par semaine, avec 59 d'écrits, sans compter celui-ci. C'est moins que l'an dernier, je sais, mais ça reste supérieur à mon objectif de base.
  • Publié ma première nouvelle sur papier, et fait ma première séance de dédicaces.
  • Quand même avancé sur le Journal d'Anya, même si j'ai eu du mal.
  • Visité plusieurs salons*** : le Salon Fantastique, Montrouge, les Imaginales, Sèvres, ainsi que la Gamescom !
  • Sans parler des dix ans de Cocyclics et de la Cocyconv.
  • Techniquement commencé deux projets : Ceux qui courent sous la lune et Trois bâtards.
  • Rédigé plusieurs critiques de livres et de jeux vidéos, et lu (ou relu) à peu près quatre-vingt-cinq bouquins et BDs (SFFF pour la plupart, mais pas que).

C'est déjà pas mal, mais honnêtement j'aurais pu faire mieux 😒 :
  • Je n'ai toujours pas eu de réponse pour Ceux qui vivent du sang versé (je compte relancer à la rentrée).
  • Je n'ai pas écrit la moindre nouvelle cette année, ni retravaillé celles qui ont besoin de l'être 😳
  • Le JdA n'est toujours pas fini, donc 😩
  • Je doute d'avoir perdu le moindre gramme - et ne parlons pas d'avoir augmenté ma sportivité.
  • Je n'ai pas réussi (et surtout pas sérieusement essayé) les plages d'écriture quotidiennes 😞
  • J'ai fait une poignée de bêtas sur Cocy, mais certainement pas une par mois.

Pour ce qui est des résolutions pour l'an prochain, on va donc dire :
  • Progresser dans - voire mener à terme - les six points ci-dessus.
  • Arriver à tenir un Bullet Journal (un genre d'agenda customisé, je reviendrai dessus dans quelques semaines - surtout si j'y arrive), ce qui devrait m'aider à tenir mes autres objectifs.
  • Avancer dans CQCSLL ou 3B, une fois que j'aurais fini le premier jet du JdA.
  • Entamer une nouvelle phase de correction de CQVDSV (notamment pour dynamiser un peu le début). Je mets quand même le bémol de "à part le début, attendre d'avoir des nouvelles de l'éditeur dont j'attends la réponse".****

Voilà voilà, bonnes fêtes de fin d'année si je ne vous "revois" pas d'ici là 😉




* : ce qui ne me rajeunit pas, mais c'est pas le sujet.

** : et si oui, je doute d'avoir le temps de faire ledit bilan.

*** : les mêmes que l'an dernier, pour la plupart 😉

**** : je suis optimiste, je crois encore à un "oui" 😳

mercredi 7 décembre 2016

Un peu de lecture (3)

Bon, je commence par évacuer les questions gênantes : j'ai peu avancé sur le JdA, même si je me suis un peu "débloquée" vis-à-vis de mes soucis d'intrigue. Mon bilan du NaNo n'est que de 5.000 mots, ce qui n'est pas terrible - mais j'vous avais prévenus 😈

Là, pour changer, on va parler de lecture : je viens de finir L'instinct du troll, de Jean-Claude Dunyach, et comme c'est super bien, je partage* mon avis :**



Titre : L'instinct du troll (stand-alone pour le moment, mais JCD a parlé d'une suite...)
Auteur : Jean-Claude Dunyach
Editeur : L'Atalante
Nombre de pages : 160 (ouais, je sais, c'est peu, mais c'est de la qualité !)
Quatrième de couverture : "Glissez-vous dans l'intimité d'un troll le temps de quatre aventures qui font trembler la terre jusqu'aux tréfonds des mines les plus obscures.
Bien sûr, pour cela, vous allez devoir franchir les falaises du Désespoir, affronter les périls du col des Assassins et vous enfoncer dans les marais de la Mort sinueuse, mais ne vous inquiétez pas : après, c'est fléché. Et, avant, mieux vaut savoir que, s'il faut qu'un troll s'habille pour une occasion spéciale, il convient de le prévenir dix ans à l'avance.
Surtout, n'oubliez jamais que l'eau ferrugineuse est un fléau qui ravale le troll au rang de l'homme.
Alors, vous qui entrez ici, laissez toute espérance ainsi que vos affaires personnelles au vestiaire. Et n'oubliez pas de rapporter vos notes de frais."

A lire absolument si on aime :
  • L'humour et les jeux de mots douteux
  • Les créatures fantastiques (surtout celles qui n'ont pas la vedette en temps ordinaire)
  • Voir les poncifs de la Fantasy se faire malmener

A éviter si on cherche :
  • Quelque chose de sérieux
  • Une histoire de Fantasy classique

Mon avis : La couverture est assez sombre, et je ne parle pas que des couleurs ; en contrepartie, le 4e comporte des photos et autres postits - sans parler de la présentation, cf ci-dessus. Le tout reflète bien le contenu : la trame de l'histoire est fantaisiste (avec des échos très pratchettiens), mais le ton du récit reste sérieux, comme son narrateur, et empêche de tomber dans le burlesque (tant mieux, de mon point de vue). Ce mélange est donc, à mon avis, très bien dosé, et je le recommande donc !
 

Les petits plus du livre :
La dédicace (JCD est quand même assez accessible), avec option jeu de mots bonus ^^
Le 4e de couv' (ci-dessus), rédigé par Ayerdahl himself :)




* : oui, je reprends le format "fiche de lecture" de Cocy, et alors ? 😈
** : et je m'en fous de mettre deux fois des ":" dans la même phrase 😈***
*** : je me sens d'humeur très "😈" aujourd'hui...


lundi 28 novembre 2016

Rencontres de l'Imaginaire de Sèvres 2016



Comme tous les ans depuis trois ans, je suis donc allée aux Rencontres de l'Imaginaire de Sèvres, un salon qui associe une bonne densité d'auteurs au km² à une excellente accessibilité de ceux-ci 😀

Cette fois, j'ai pensé à prendre quelques photos. Néanmoins, je m'excuse par avance (notamment auprès des autrices visibles plus loin) pour leur piètre qualité* 😳

Un peu avant l'heure de pointe...

Comme d'habitude, je suis arrivée à l'heure où les grands fauves vont boire les auteurs partent en pause-déjeuner et j'ai dû attendre leur retour pour les dédicaces. J'ai donc discuté avec les (trop rares, pour une fois) Grenouilles présentes, dont deux qui n'avaient pas remis les palmes dans la Mare depuis un moment (je guette votre retour, les filles ! 😈).

Question achats, j'ai été raisonnable : L'instinct du Troll, de Jean-Claude Dunyach, Les étoiles s'en balancent, de Laurent Whale, et Dark Vador vs Monsieur Spock, d'Olivier Cotte et Jeanne-A. Debats. 

O. Cotte et J-A. Debats

J'ai aussi eu une discussion très intéressante sur les blocages dans l'écriture avec Estelle Faye et j'espère arriver à mettre en oeuvre ses conseils 😬

E. Faye

Enfin, j'ai même eu l'occasion de dédicacer une antho Mort(s), vu que le secrétaire des Artistes Fous, à défaut d'avoir un stand, avait emporté quelques exemplaires au cas où 😁

Je suis évidemment restée un peu pour l'after, avant de rentrer chez moi 😋

A part ça, je ferai peut-être un autre post cette semaine (si j'ai le courage) pour parler de mon (ridicule) bilan de NaNo et d'autres projets.




* : je parle bien de la qualité des photos elles-mêmes, et pas des modèles, hein !

mercredi 23 novembre 2016

Darkside : Le Journal d'Anya : Avancement (20)

Rien de très folichon, cette semaine : comme je le répète, novembre n'est pas le meilleur mois pour moi question écriture (et même, l'automne en général, en fait : je manque d'énergie et j'ai plein de trucs irl qui arrivent en cette saison). Bref, mon NaNo avance à la vitesse d'une limace anémique.



A cette heure, j'en suis donc à un peu moins de 4.000 mots, et j'ose espérer atteindre les 5.000 avant la fin de l'évènement, mais certainement pas les 15.000 que je me suis fixés comme objectif personnel.

Y'a quand même une bonne nouvelle là-dedans : j'ai enfin une idée suffisamment précise de ce que je vais faire subir à Anya (insérer rire sadique ici 😈) dans ses prochaines semaines. Par contre, je doute de pouvoir boucler le récit pour la fin de l'année, comme je l'avais initialement prévu 😒

A part ça, comme l'an dernier, j'irai ce week-end au Salon de l'Imaginaire de Sèvres, dont je ferai bien sûr un compte-rendu 😃

Et sur ce, je retourne à mon manuscrit 😩

mardi 15 novembre 2016

Entretien avec un agent littéraire

Il y a quelques semaines, Cocyclics a organisé pour ses membres un entretien avec un agent littéraire. Voici les notes que j'ai prises. Pour éviter le flood de la victime l'intervenant par les demandes des auteurs, ce compte-rendu a été anonymisé.

R* travaille dans une des plus grandes agences littéraires londoniennes, et s'occupe principalement des traductions, autrement dit la vente des droits des livres à l'étranger.

Tout d'abord, il faut savoir qu'il n'existe pas de définition du métier d'agent littéraire. Parmi les différents types d'agents, on peut noter : 
  • l'agent primaire, qui représente l'auteur.
  • l'agent de droits étrangers, qui s'occupe de la vente aux autres pays.
  • l'agent de droits audiovisuels (en Grande-Bretagne, l'éditeur n'a jamais les droits audiovisuels, ils sont toujours gérés à part). 
  • l'agent "book-to-film", qui s'occupe des adaptations et dépend du précédent.
R est dans les deux premières catégories et s'occupe surtout de vendre les droits d'oeuvres francophones à l'étranger (Espagne, Brésil, Turquie, Corée...). Il faut parfois plusieurs années pour placer ainsi un roman. L'agence de R travaille ainsi avec plus de quatre mille maisons d'édition à travers le monde.
Sinon, R s'occupe de "ses" auteurs francophones et de les "vendre" aux MdE françaises.

Dans le milieu anglo-saxon, on cherche surtout le best-seller 😒 (il faut savoir que les agents touchent un pourcentage des gains de l'auteur). Ce n'est pas le but premier de R, qui tient avant tout à avoir une bonne relation de travail avec ses auteurs et à les accompagner sur leurs textes, car "les auteurs ne savent pas pour qui ils écrivent".
De plus, sachant que les auteurs ont rarement un seul projet, il faut avoir une vision globale et identifier le projet qui lancera leur carrière.
Enfin, il faut s'occuper de la partie soumission et négociation auprès des MdE, ce qui allège bien les choses pour les auteurs.
On peut noter également qu'un agent se charge aussi de la gestion des droits étrangers et audio-visuels, et aide aussi pour la comptabilité et les questions juridiques. En général, l'agent n'intervient pas dans le processus d'editing, mais peut aider l'auteur, si nécessaire, pour la promotion et le marketing de l'oeuvre (voyages, interviews...), et même faire un peu de coaching, si besoin : "le but de l'agent, c'est de trouver le partenaire (éditorial) idéal".

Les agents littéraires, comme évoqué plus haut, sont payés à la commission. Autrement dit, ils ne demandent pas d'argent à leur auteur-client ! Le contrat établi entre les deux est d'une durée limitée (révocable et/ou renouvelable) et peut concerner l'ensemble des oeuvres d'un auteur ou un seul de ses livres.
A ce propos, il faut savoir qu'un auteur représenté par un agent gagne plus que s'il travaille directement avec une MdE, donc bien qu'il doive donner une partie de ses revenus à l'agent (R prend 20% mais reconnaît que c'est le haut de la fourchette, le bas étant de 10%), ce qui lui reste est quand même plus élevé que s'il s'était débrouillé seul.

Le fait d'être un auteur débutant et/ou de ne pas être très prolifique n'est pas un handicap (ou du moins, pas pour R 😉). Pareil, ce n'est pas "grave" si l'auteur écrit dans plusieurs genres différents ou s'il a des soumissions en cours (du moment qu'il en informe l'agent 😏). Par contre, les MdE ne traitent pas forcément plus vite les manuscrits qui sont passés par un agent, ça peut dépendre des relations de l'agent avec la MdE.
Un agent peut aussi s'occuper de la publication de nouvelles (individuelles), mais R n'a jamais rencontré ce cas de figure pour le moment.

Pour une oeuvre francophone, se faire publier (et donc traduire) sur le marché anglo-saxon est très difficile, car le marché local est très frileux. En revanche, ça marche beaucoup mieux pour le reste de l’Europe (et l’Asie).

Il y a de plus en plus d'agents en France, et un syndicat a même été fondé ce printemps.

Si vous cherchez à vous faire représenter par un agent, R vous conseille de discuter avec les clients de celui-ci, afin de vous faire une idée sa façon de travailler. 

Et quoi qu'il en soit, n'oubliez pas qu'un agent ne prend jamais de décision sans l'avis de l'auteur !





* : aucun rapport avec le héros de Vivants 😏**

** : c'est cool, Blogger permet d'insérer des smileys, maintenant 😄, j'irai pe en remettre sur mes posts précédents...

mardi 8 novembre 2016

Darkside : Le Journal d'Anya : Avancement (19)

Ca fait une semaine que le NaNo est commencé, et je n'en suis qu'à 1166 mots sur les 15.000 de mon objectif personnel (ne parlons pas des 50k qui sont théoriquement à atteindre pour la fin du mois).

Néanmoins, je suis (un peu) optimiste : à force de me plaindre à l'oreille de Grenouilles compatissantes* j'ai réussi à identifier un des trucs qui me bloquaient dans l'avancement du Journal d'Anya. En effet, la pauvre manquait d'un objectif un peu plus "sérieux" que simplement s'installer dans sa nouvelle vie. Du coup, j'ai fait intervenir Sandro, l'Alix qui a précédé Alex auprès du Tyran** ce qui va donner à Anya un rôle un peu plus actif dans la machination dont elle est la victime***.

C'est tout pour le moment, mais j'aurai peut-être du neuf à annoncer la semaine prochaine (ne serait-ce que mon avancement dans le JdA ^^).





* : et probablement trop polies pour protester ^^

** : oui, sorti de son contexte, c'est un peu obscur. Tant pis, faut suivre***.

*** : insérer ici un rire sadique ^^

mardi 1 novembre 2016

NaNo, sur l'eau (3)

Je sais, ça fait plus d'une semaine que je n'ai rien posté, mais j'avais prévenu : j'étais en vacances !

Et surtout, j'ai un peu honte de ne rien avoir écrit pendant tout ce temps. Je ne vais pas encore me répéter : j'ai du mal avec le Journal d'Anya, je me bats avec, et pour le moment, c'est pas moi qui gagne :(

This being said, on est en novembre, donc NaNo. Comme d'hab, je suis là "en touriste", avec un objectif personnel de 15k mots, ce qui est mon estimation pour finir le JdA. On verra si (pour une fois...) je l'atteins. Ou pas.

Ce qui est chouette, cette année, c'est que les Grenouilles ont "officiellement" organisé un "NaNo Off", autrement dit : avec un objectif libre, comme le Camp NaNo.

Notre emblème, (c) Takisys.

Bref, à défaut d'atteindre mon Graal personnel, je pourrai bénéficier d'une ambiance "de cabine", ce qui me manque toujours dans le "vrai" NaNo.

A part ça, je vais faire un peu de tri sur le blog ; j'entends par là ajouter ou modifier des tags, histoire qu'ils soient un peu plus ciblés (j'ai trop de trucs sous le tag "Darkside", par exemple).

Et sur ce, au boulot !

vendredi 21 octobre 2016

Dédicace Antho "Mort(s)"

Et donc, hier, j'étais à ma première dédicace en tant qu'autrice, pour ma nouvelle Demain sera un autre jour, dans l'anthologie Mort(s) des Artistes Fous Associés.

Je suis arrivée presque à l'heure, étant partie en avance sur l'horaire prévu et le RER ayant, comme d'hab', eu un petit hoquet sur le parcours... Enfin bref, j'étais là, avec mon courage dans une main et mon stylo dans l'autre ^^ 

La soirée avait donc lieu au bar "La Caravane", dans le XIe arrondissement (métro Goncourt, un signe !).

Daaaans la caravane !

Un petit bémol (parce que je suis une râleuse) : l'endroit n'était pas des plus adaptés pour ce genre de choses : petit et tout en longueur, il n'y avait pas de tables réservée aux auteurs (à part dans l'entrée, pour la vente des bouquins, affiches etc.), et aucun moyen d'identifier qui est qui, sinon par le bouche à oreille.
A part ça, la bière était bonne et les plats du bar aussi (bien qu'un peu chers).

Maniak en pleine dédicace - et les piles d'ouvrages en vente.

J'ai donc commencé en mode fangirl, si je puis dire, en faisant le tour des auteurs et illustrateurs présents pour faire dédicacer mon propre exemplaire. J'ai eu le plaisir de voir ou revoir d'autres Grenouilles au sommaire de l'anthologie, ainsi que d'autres membres du microcosme éditorial SFFF :) Et la joie tout aussi grande d'avoir la visite de quelques-uns de mes potes parisiens (mon premier fan-club ? :p).

Il s'est passé une petite heure avant que je ne procède à ma toute première dédicace. Je dois dire que c'est un peu intimidant, surtout quand c'est pour quelqu'un qu'on ne connaît pas du tout. Comme on me l'avait conseillé, j'avais préparé quelques phrases toutes faites, et ça a été utile quand je manquais d'inspiration (je ne m'en suis servie que deux ou trois fois, cependant, sur la douzaine d'ouvrages que j'ai signés).

On m'a dit que les auteurs en dédicace ont la hantise des fautes d'orthographe, que ce soit dans la dédi' elle-même ou dans le nom du lecteur. Perso, ce qui me préoccupait, c'était de ne pas me tromper de page et surtout de ne pas me tromper de bouquin : dès qu'on en a plusieurs à signer à la suite, le risque est réel.
Heureusement, je pense que j'y ai échappé. Je crois.

Cham et Maniak en mode metal ^^

Je dois dire aussi que malgré les signatures que j'ai faites, je ne me rends pas encore compte de ce que c'est, que d'avoir ses mots à soir dans un bouquin imprimé. Je n'arrive pas à y croire vraiment. Je suppose que ça viendra...

Pour conclure, j'ai passé une bonne soirée (bien qu'un peu bordélique ;)), qui m'a donné envie d'écrire plus de nouvelles (et de collaborer davantage avec les AFA* ^^). Je regrette de ne pas avoir pu rester plus longtemps (j'ai dû partir vers 22h30), mais j'habite loin.

A part ça, je suis à présent en vacances pour une dizaine de jours, et je vais tâcher d'avancer un peu dans le Journal d'Anya. Et peut-être d'écrire des nouvelles...



* : en même temps, avec un pseudo comme le mien, c'était prédestiné !


mercredi 19 octobre 2016

Cocyconv 16 : "Boostez votre créativité !"

Une fois n'est pas coutume, je vais me contenter d'un résumé. Pas juste par flemme, mais parce que le sujet s'y prête. Surtout que cette conférence, bien utile, est (c) MadManu et que je ne veux pas vous dévoiler tous ses secrets comme ça ! 

Tout d'abord, ces méthodes sont applicables autant pour trouver des idées d'histoires que pour se débloquer dans un passage difficile d'un projet en cours (mais le premier cas est plus facile pour donner des exemples ^^). 

Le mot-clé est Altération : il faut tripatouiller son idée dans tous les sens, en modifiant des paramètres ou en en ajoutant d'autres : on peut donc diminuer ou augmenter un élément (au sens le plus large de "élément"), le remplacer par autre chose, le supprimer, l'inverser, le combiner avec un autre...

Pour chercher des sources d'inspiration : la liste de Kent et Rosanoff des 100 mots les plus évocateurs peut être un bon départ. Et pour les gens qui, comme moi, sont très visuels, les bases de données d'images comme Photo.net peuvent être une bonne idée.

Enfin, nous avons eu des travaux pratiques de brainstorming. Le but : à une question posée, lister un maximum de réponses possibles, y compris (et surtout :p) les plus farfelues. Et ne surtout pas critiquer quoi que ce soit* avant d'en avoir assez** pour faire un tri ; de même, ne pas en choisir une tout de suite sans en avoir évoqué d'autres.

Une remarque à ce sujet :
  • La première série d'idées correspond à celles que tout le monde a déjà eues*** => en général, on peut les ignorer une fois listées.
  • La seconde est plus fouillée : seulement quelques personnes y auront pensé => on peut s'y attarder.
  • La troisième recueille fatalement celles que personne n'a déjà eues => ce seront probablement les plus intéressantes. 

Pour le brainstorming, donc, j'ai honteusement recruté mon groupe pour résoudre un point de Ceux qui Courent Sous la Lune qui ne me satisfait pas encore : "comment un loup-garou peut-il redevenir humain ?".

Le résultat en image :

61 idées !

Bien sûr, il y a beaucoup d'idées très proches (ça fait partie du jeu) et la plupart ne seront pas exploitables parce que le cadre ne s'y prête pas (on a traité la question sur un plan général), mais certaines m'ont donné des pistes intéressantes. Je remercie donc Gallae, Ilfuldrita, "mémé" Domi et Luce Basseterre pour leurs contributions <3




* : y compris soi-même !

** : une cinquantaine, au minimum. Pas si dur en comptant les variations sur un même thème, et surtout si on peut s'y mettre à plusieurs !

*** : sachant que le critère n'est certainement pas le même pour des écrivains de SFFF que pour, disons, des gens plus normaux :P

mardi 18 octobre 2016

Cocyconv 16 : "Création d'univers"

Le sujet m'intéressait particulièrement, parce que je voudrais étoffer le monde d'Anya, comme j'en parlais quelques mois plus tôt... 
Comme d'habitude, je cite les gens d'après mes notes, je résume un peu, et toutes les erreurs me sont imputables.Et les remarques entre [] sont de moi.

Participants : Any, Aramis, Dorian Lake et Célia Flaux.*
Animé par : Axelle, de Chronobooks


I - Créer un univers, c'est quoi ?

 


AC : Quels sont les éléments pour un univers réussi ?

A : Le décor et les personnages secondaires (qui forment l'environnement). Il faut créer une intimité avec le lecteur.

CF : La cohérence, plus ce qui est nouveau/neuf par rapport aux "tropes"** classiques du genre. Il faut pousser au maximum les différences, ce qui rend le monde unique, ainsi que les détails qui rendent les choses vivantes et crédibles ; tout ça selon le principe du "show, don't tell".***

DL : L'émotion qu'on en retire, les images, le ressenti.

Any : C'est un équilibre entre le général, l'esquissé, et les détails qui vont rendre le monde "réel". Et un équilibre entre l'émotionnel et le rationnel.

AC : Pour vous, quel est le bon ratio complexité/stéréotype ?

Any : Ca dépend de l'effet qu'on veut donner. On peut se contenter d'un univers stéréotypé mais avec quelques détails "nets".

CF : Les stéréotypes sont puissants et permettent de suggérer beaucoup avec peu de mots. Mais ça ne suffit pas, il faut de l'originalité en plus.

A : Il faut quelques stéréotypes pour que le lecteur puisse s'y retrouver. C'est difficile de créer quelque chose de complètement étranger au lecteur, et ça risque de le perdre. Il faut doser selon les besoins de l'histoire, c'est au cas par cas.

DL : Le stéréotype est un ennemi, il rend l'univers trop simple et trop différent de la réalité.

AC : Quelle est la place de l'univers par rapport à l'intrigue ?

Any : C'est un triangle entre les personnages, l'intrigue et l'univers, il faut jouer sur les oppositions et les complémentarités, mais ça dépend de chaque cas.

A : Ca dépend de l'histoire : si les personnages sont au coeur de l'intrigue, l'univers est là pour renforcer le tout.

DL : L'univers assaisonne le roman : les personnages et l'intrigue peuvent être transposés d'un univers à l'autre.

CF : L'univers doit être complémentaire aux personnages. Si j'ai un perso qui a le vertige, je vais mettre en scène des montagnes et autres hauteurs... 


II - Créer un univers, comment faire ?

 

AC : Quels outils utilisez-vous pour créer un univers cohérent ?

Any : Je fonctionne en "architecte"**** pour l'histoire, mais pas pour l'univers. Pour celui-ci, je m'inspire d'images vues sur Pinterest, de mes connaissances et points d'intérêt. Il est important de faire des recherches, mais il ne faut pas s'y perdre ; on peut éventuellement les faire après, en phase de correction, et rajouter en même temps des détails qui ajouteront de la crédibilité.

CF : Je suis très jardinière****, je commence souvent avec juste une idée, que je développe au fur et à mesure (en notant dans un cahier, pour éviter les incohérences). Et cf plus haut, je modèle mon monde pour accompagner les scènes.

DL : J'aime m'inspirer de l'Histoire. Retranscrire ça dans notre univers apporte de la cohérence. Pareil avec des voyages que j'ai faits : nos univers existent déjà en nous quelque part.

A : Je suis très jardinière, j'utilise peu d'outils. Dans les quizz de world building, tous les aspects de l'univers sont abordés, mais ce n'est pas évident d'y répondre. C'est plus facile de répondre aux questions "en situation", quand on y est confronté. Sinon, on peut aussi s'aider d'excel ou d'outils de timeline, comme Aeon Timeline.*****

AC : Le WQ est peut-être plus utile à faire en fin de roman, vu que certains de ses aspects ne seront jamais utilisés.

AC : Quelle est la "dose d'univers" dans vos récits : petites doses ou grandes descriptions ?

DL : C'est comme dans un film : le lecteur n'a pas besoin de tout savoir, juste ce dont il a besoin pour l'histoire. Ca gêne la fluidité de lecture, on ne doit pas étouffer le lecteur avec.

Any : Il y a différentes échelles. Il faut que ça vienne tout seul (vêtements, actions, coutumes...) mais il faut aussi des descriptions des lieux, pour bien poser les choses.

CF : Il faut mieux mettre les descriptions avec les actions, pour éviter la surcharge. Et éviter d'appeler un lapin un "smeerp" seulement parce qu'il a quatre oreilles. Les descriptions sont à réserver aux scènes où elles sont indispensables.

A : A notre époque, il vaut mieux éviter les descriptions de trente pages à la Tolkien. Par exemple, dans Les salauds gentilshommes, de Scott Lynch******, l'univers est créé par petites touches. Il faut aussi penser à utiliser les cinq sens dans les descriptions.
Il faut aussi éviter de transposer des nomenclatures de notre culture dans l'univers inventé (par exemple : des feux de la Saint-Jean ou des coquilles Saint-Jacques, dans un monde où ces saints n'existent pas)
L'univers construit sa propre cohérence : quand l'auteur est "dans" son univers, les détails arrivent tout seuls, quand on en a besoin, sans avoir besoin de tout mettre. [Je ne suis pas tout à fait d'accord sur ce point : j'ai le défaut de ne pas penser à préciser ce qui est évident pour moi parce que je le visualise trop bien :/]

AC : L'univers EST un personnage, mais pas forcément un personnage principal, ça peut n'être qu'un figurant. Et on peut tout de même faire de grandes descriptions si elles accompagnent un mouvement, comme c'est le cas chez Robin Hobb.

Parmi les participants, certains ont mentionné le fait de dessiner ses personnages et ses lieux, ou de faire des plans des bâtiments pour mieux visualiser. Aussi, il faut que le lecteur n'ait pas l'impression de subir un cours de la part de l'auteur.


III - Créer un univers,à vous de jouer !

 

Suite à la conférence, nous avons reçu de mini-fiches de World Quizz, à remplir avant, pendant ou après l'élaboration de nos univers. En voici les points abordés :
  1. Nom de l'univers.
  2. Echelle de cet univers : une ville ? un continent ? une planète ?...
  3. Nombre d'espèces [de personnages] au sein de cet univers. Sont-elles humanoïdes, ou non ?
  4. Y a-t-il de la technologie avancée ? de la magie ?
  5. Quelle est l'histoire de l'univers, comment est-il né ?
  6. Résumez l'univers en une phrase ou un court paragraphe (moins de cent mots).
  7. Quels sont les points de l'univers qui seront obligatoirement abordés dans le texte ?
  8. Quels sont les détails de l'univers que vous voulez absolument introduire dans le texte ?

Et maintenant, il ne me reste plus qu'à appliquer tout ça...




* : abrégés en : Any, A, DL, CF et AC

** : on pourrait traduire par "clichés", sauf que le mot a une connotation négative.

*** : "montrez, ne dites pas" : un des principes d'une bonne narration, en général.

**** : l'"architecte" planifie à l'avance, par rapport au "jardinier", qui avance sans forcément savoir où il va.

***** : merci à Luxia pour la référence. Je précise que je n'ai pas testé.

****** : pas encore lu, il attend dans ma liseuse.

mercredi 12 octobre 2016

Cocyconv 2016

J'en parlais donc la semaine dernière : ce week-end, j'étais à la Convention annuelle de Cocyclics. Pour les détails, je vous renvoie à ce que j'en avais dit l'an dernier : les grandes lignes n'ont pas changé et, en plus, on était au même endroit ^^ (et les lits étaient meilleurs que la fois précédente :p).

J'ai encore fait deuxième (avec mon équipe) à la Chasse au trésor :( (je sais même pas pourquoi on a perdu un point :(), et j'ai assisté à deux des trois ateliers/conférences proposés : "Boostez votre créativité", et "Création d'Univers" - j'en ferai un compte-rendu dans quelques jours* c'est fait. Le troisième portait sur l'Autoédition ; ce n'est pas un sujet qui me préoccupe pour le moment, mais si ça vous intéresse, la Grenouille animatrice, Nathalie Bagadey, en parle beaucoup mieux que moi sur son site.

Je regrette de ne pas avoir été en meilleure forme (du coup, j'ai passé du temps devant mon ordi plutôt que d'aller embêter les copines**) et donc plus sociable.

A part ça, deux bonnes nouvelles :

1) J'ai un petit peu avancé dans le Journal d'Anya. Enfin, "avancé" n'est pas le terme : en effet, j'ai décidé (l'idée me trottait dans la tête depuis un moment***) de diviser le Journal en trois parties ; d'abord, la "mission" donnée à Anya par sa mère, puis le voyage vers Nyork qui se transforme en quête du Père et enfin l'arrivée à Nyork et ce qui s'ensuit. Et du coup, ces trois parties ont généré chacune une "introduction", sous la forme d'un prologue et deux interludes. J'avais déjà écrit le premier - en me demandant quoi faire du texte, inexploitable seul - j'ai donc ajouté les deux autres. Ca compte quand même ^^

2) Parce que je m'ennuyais dans le train****, j'ai cherché quoi faire et je me suis résolue à écrire le début de la suite de CQVDSV, qui me trottait dans la tête depuis un bail. Bon, ce n'est que le début, je ne sais pas encore très bien où je vais et je n'ai écrit qu'un peu moins de 17ksec, mais c'est déjà ça !

Pour conclure, je vous rappelle que je ferai mes premières dédicaces la semaine prochaine, à Paris, pour ma nouvelle de l'Antho Mort(s) des Artistes Fous !





* : probablement la semaine prochaine, je suis un peu surbookée, ce mois-ci.

** : en même temps, ça vaut mieux pour elles ;)

*** : je ne crois pas en avoir parlé ici.

**** : pour la première partie du voyage vers la CocyConv (après, on s'est retrouvés entre Grenouilles, on ne pouvait tout simplement pas s'ennuyer ;)).

lundi 3 octobre 2016

Quinze minutes de célébrité

Je n'ai pas été sérieuse, je n'ai rien posté la semaine dernière, alors que j'aurais dû. 
D'un autre côté, je n'ai rien écrit non plus pendant ce temps.*

M'enfin bon, en attendant que je m'y remette, j'ai au moins une bonne nouvelle à annoncer : CA Y EST ! Demain sera un autre jour va enfin paraître, et je vais même faire ma première séance de dédicaces !

Dois-je préciser que je suis (intérieurement) morte de trouille ?

En attendant, voici la couverture (et les détails) :

Désolée, je n'ai pas trouvé le nom de l'illustrateur :(

  • Préface [Vincent Leclercq]
  • Le moine copiste et la Blanche-Face [Olivier Boile]
  • Robô [Xavier Portebois]
  • Tri Nox Samoni [Jérôme Nédélec]
  • Demain sera un autre jour [Crazy]
  • Le Chemin de la Vallée inondée [Diane]
  • Ambre Solis [Gallinacé Ardent]
  • La dette du psychopompe [Guillaume G. Lemaître]
  • Ne va pas par là [Martin Lopez]
  • Die Nachzehrermethode [Quentin Foureau]
  • Le fils du tyran [Stéphane Croenne]
  • OH OUI... [Bruno Pochesci]
  • Les âmes de la foire [Vincent T.]
  • Le mécanisme de la mort du langage [Mort Niak]
  • Venus Requiem [Émilie Querbalec]
  • Mammam-IA [Tesha Garisaki]
  • Délivre-moi du mal [Ria Laune]
  • Le manoir aux urnes [NokomisM]
  • Le temps des moissons [Southeast Jones]
322 pages (illustrations + couverture couleur). Avec des Grenouilles dedans !

Et donc, pour couronner le tout, une soirée de lancement aura lieu à Paris jeudi 20/10 :



Donc voilà, si vous avez envie de voir ma sale gueule, vous savez où me trouver !**

PS : J'ai prévu de me remettre au Journal d'Anya incessamment sous peu, mais vu que le week-end prochain, c'est Cocyconv, je ne peux rien promettre :( En revanche, y'aura des comptes-rendus de ladite Cocyconv et des conférences qui s'y tiendront :)




* : comment ça, c'est pas une excuse ?

** : ponctualité non garantie, mais vous pouvez toujours faire un sacrifice aux dieux du RER, ça peut pas faire de mal.

vendredi 23 septembre 2016

C'est la rentrée !

... Avec un mois de retard, à peu près, mais j'avais prévenu ! ;) 

Voilà donc ou j'en suis, maintenant que j'ai terminé de raconter mes vacances ^^ :
  •  Ma nouvelle "Demain sera un autre jour" devrait (enfin :D) paraître cette automne : la machine est en branle pour de bon, cette fois, c'est la bonne !
  • J'ai commencé un nouveau projet, sous le nom de code "Trois bâtards". Rien de très poussé pour le moment (même pas 15 ksec), mais ça me trottait dans la tête. Je ne sais pas encore où le classer dans la pile (virtuelle) des projets en cours, mais il y est. Et Damian en fait partie (pas tout à fait identique à sa version rôlistique, bien sûr*).
  •  Je n'ai pas avancé d'un poil sur le Journal d'Anya***. Mais j'y ai quand même un peu réfléchi. Là, j'hésite entre trois options :

    1. Me forcer à boucler le projet, histoire de dire que c'est fini (l'emploi du terme "forcer" n'est pas anodin).
    2. Laisser reposer pour le moment et passer à d'autres choses (mais j'aurai une sale impression d'avoir baissé les bras).
    3. Reprendre depuis le début en y incorporant les corrections déjà envisagées.

    ... Et je me rends compte que je me pose ces mêmes questions depuis le début de l'année... Ce qui n'augure rien de bon quant à la viabilité du projet :( Je sens que ça va se terminer en Option 2, mais ça me faiche.

A part ça, je me dis que ça fait longtemps que je n'ai pas écrit de nouvelles, et que j'en ai quelques-unes qui attendent une version finale, faudrait peut-être que je m'y remette. 

J'avais envie d'une image un peu zen, mais on peut aussi dire que ça reflète l'état actuel de mon esprit ^^

Donc voilà, la suite au prochain épisode, en espérant que je me serai décidée pour quelque chose...




* : et pas juste parce que je l'écris maintenant "Damiàn" ^^**

** : et je m'en fous que Boulet (que j'adore néanmoins) n'aime pas les accents et autres trémas en Fantasy :P

*** : ce qui était prévu, ceci dit. L'imprévu, c'est l'irruption des 3B**** dans mes projets.

**** : à ne pas confondre avec les Trois Brasseurs, que j'apprécie par ailleurs ^^

mercredi 21 septembre 2016

Gamescom 16 : Récap des articles

Comme promis, voici le récapitulatif des articles postés chez Fureur suite à la Gamescom* :



L'activité normale*** du blog devrait normalement reprendre à l'entrée suivante (la semaine prochaine, en principe - plus tôt si j'ai le courage :D).




* : je n'ai pas mis la légende : si vous ignorez ce que c'est, ça ne vous intéressera probablement** pas :P

** : et si ça vous intrigue, j'ai donné l'explication dans mes posts Gamescom du mois dernier ;)

*** : voir entrée précédente ^^

vendredi 9 septembre 2016

Du travail, encore du travail...

Je sais, j'ai donné de mauvaises habitudes, à poster tous les jours mes souvenirs de la Gamescom, et là, pouf, tout d'un coup, plus rien. 

En fait, c'est juste que j'écris ailleurs en ce moment, à savoir sur Fureur, où je finis de rédiger les comptes-rendus de mes tests gamescomesques. 

Rassurez-vous donc, le blog reprendra une activité normale* d'ici la fin du mois, quand j'aurai terminé avec la demi-douzaine d'articles encore à rédiger. Et je me fendrai même d'un récap, pour les flemmards ^^

@bientôt !




*: du moins : ce qui passe pour tel ici ^^

vendredi 2 septembre 2016

Gamescom 16 : A day at the Zoo (5)

Fin de ma visite du zoo de Cologne (et fin de mon séjours, d'ailleurs), avec l'aquarium. Désolée pour la qualité des photos, et n'hésitez pas à me signaler si vous êtes capables d'identifier certaines des bestioles qui ne le sont pas ;)


Anémones de mer.

Autres anémones de mer.



Trois bernard-l’hermites.

Je crois que c'est un poisson-globe, mais il avait l'air trop joyeux pour vérifier ^^

Etoile de mer.


Trois beaux "poissons-lions" (Pterois volitans), merci au commentaire :)


Scalaires.


Cyphotilapias frontosas (rayés) et Neolamprologus leleupi (jaunes) - Merci à Umanimo


Je ne sais pas ce que c'est mais ça me rappelle les guivres de GW2 ^^

Ce sont bien des poissons ;)



Je crois que c'est Dora, en haut à gauche.




Une cousine du megalobatrachus japonicus.*

J'ai trouvé Nemo !

Pirañas, mais je ne me rappelle plus si ce sont les carnivores ou les végétariens.

Murène tachetée.






* : les fans d'Adèle Blanc-Sec comprendront ^^

jeudi 1 septembre 2016

Gamescom 16 : A day at the Zoo (4)

Suite de ma visite au zoo de Cologne, pavillon des reptiles... Désolée pour la qualité des photos, et n'hésitez pas à me signaler si vous êtes capables d'identifier certaines des bestioles qui ne le sont pas ;)



Heu-reux.






Un caméléon.

Une mygale - j'en ai vu de plus impressionnantes.


Un python vert.




Crocodiles en pleine action ^^

Une grenouille arboricole.

Trois grenouilles tentent de passer inaperçues sur cette image...

Un tête à tête un peu acrobatique.



Dendrobate leucomelas (merci LaCath).

Non, ce n'est pas une bouse, c'est bien une grenouille en train de pioncer dans un trou !